Dormir...


Il fait nuit, la journée est finie. 
Bien ou mal, peu importe maintenant il faut récupérer. Confortablement allongée dans votre lit, la couette blottie juste sous votre menton, vous fermez les yeux avec un grand soupir, un grand sourire peut-être et vous vous laissez aller. Le sommeil va venir vous cueillir  jusqu’à demain matin et la porte d’un autre monde va s’ouvrir, un monde où vous ne maîtrisez plus rien mais dont tout votre corps a besoin. 

Pas facile mais indispensable, il faut tous les soirs retourner se coucher et suffisamment tôt ; on dirait que les adultes ne comprennent plus très bien cette nécessité, ils ont tellement de choses à faire ! C’est sans réaliser que dormir trop peu est totalement négatif. Le fait de manquer de sommeil et la fatigue qui en résulte, entraînent des changements d'humeur et une grande irritabilité avec ceux qu’on aime le plus… avec tous les autres aussi bien sûr, sans parler des problèmes de concentration et de la plus grande difficulté à gérer le stress et les contrariétés. Trop dommage, c’est tellement agréable de bien dormir l’esprit en paix.

Et vos enfants ? Pour le tout petit enfant ce sont 12 à 15 heures de sommeil par nuit qui sont recommandées vers 6 mois afin que le bébé soit en pleine forme et puisse bien grandir. Or aujourd’hui  en moyenne, les tout petits ne dorment que 8 à 9 heures par nuit* ! Les activités des deux parents et son cortège de nounous et crèches, les allers-retours à des heures impossibles et le désir très compréhensible de voir et de participer à la vie de l’enfant quoiqu’il arrive, entraîne un bouleversement complet de ses rythmes et en particulier de son sommeil.
Quant aux enfants un peu plus grands, ils doivent comprendre que la nuit est faite pour dormir et que ce sont les parents qui décident de l'heure du coucher, que ce n’est pas lui qui accepte d'aller au lit quand il est épuisé. Vos soirées et vos nuits en dépendent et tout l’équilibre de la maison avec… et pourtant la plupart des bébés et des petits enfants suivent à peu près les heures de sommeil de leurs parents ce qui entraine pour eux un déficit de sommeil énorme et régulier qui les mettent dans un véritable état de fatigue chronique, perturbant toute leur croissance physique et intellectuelle.

Notre mode de vie moderne a changé me dit-on, oui c’est sûr, mais  nos besoins eux n’ont pas changé depuis des siècles et ceux de nos enfant tout-petits ou plus grands non plus.

C’est une grande responsabilité des parents de veiller sur le sommeil de chacun, alors chaque soir avant de vous coucher à votre tour, pas trop tard bien sûr  après une journée bien remplie, faites un tour par la chambre de vos enfants. Un petit baiser sur le front de celui qui dort déjà déclenchera sans doute un sourire de bien-être et vous pourrez tranquillement vous pencher sur celui qui ne dort pas encore et lui demander ce qui le tracasse… avant de retrouver votre lit, votre conjoint, un bon livre et un sommeil réparateur.     B. Janilec 01/2015

* D’après le Dr.Christine Acebo, de l’hôpital Bradley de Providence - USA