le  12 septembre 2012
Bienvenue sur le blog de FAEF !
Très bonne rentrée après je l'espère, des vacances riches et reposantes (?) joyeuses...
Pour commencer l'année, je vous envoie cet article : dans notre association, nous sommes prêtes aussi à changer de statut lorsque nous en sentons l'intérêt.
La question posée par une adhérente est pertinente.
 La réponse de la médiatrice nous permet de lister les qualités des femmes au foyer et que l'on veuille reprendre ou non une activité professionnelle, cela fait toujours du bien de se sentir valorisée, n'est-ce pas ?
A très bientôt
M-Ch Rousselin
Présidente de FAEF-UN



Question à  …
« Après avoir travaillé plus de 10 ans en tant qu’ingénieur, j’ai décidé de m’arrêter pour m’occuper de ma famille et élever nos enfants.
Aujourd’hui à 45 ans je suis en pleine forme, mes enfants vont bien et sont élevés et je cherche à reprendre un travail, sans succès. Comment  faire ? »
Bonjour,
Chaque parcours est différent, chaque personnalité est différente. Ma réponse ne pourra être que très générale.
La première chose à faire avant de commencer à chercher à retravailler et de bien cerner le problème :
-Est-ce que je suis vraiment prête à retravailler maintenant. (à commencer tout de suite, à ne plus avoir  « les vacances scolaires », à laisser tomber toutes mes activités actuelles et obligations) ?
-quel est le métier qu’aujourd’hui j’accepte, et que je suis capable de faire ?
-est-ce qu’aujourd’hui je suis prête à avoir un patron et à travailler en équipe ?
-est-ce que je suis prête à accepter des contraintes de temps, de trajet et des responsabilités nouvelles ?
Vous arrivez sur  « le marché du travail » avec un grand nombre de qualités et de savoir.
 Les plus grands étant certainement :
* vos diplômes et vos expériences précédentes de travail, si vous en avez.
* les connaissances et savoirs « hors normes »  appris pendant toutes ces années « libres ».
* une ouverture d’esprit qui n’a cessé de grandir du fait de vos multiples activités, y compris la lecture et le temps passé à écouter tout ce qu’on est venu vous raconter.
* de savoir que vous avez accompli pendant une dizaine d’années ce qui était de votre première et plus grande responsabilité en prenant soin de votre conjoint et de vos enfants et d’avoir du coup une vie à la fois pleine et sereine,
*une condition physique au top,
* le profond désir de reprendre une activité avec un appétit renouvelé et un intérêt très grand pour cette nouvelle vie
Mais vous arrivez aussi avec des handicaps
*le plus grand est certainement le regard que la société et les personnes qui la composent portent sur la femme au foyer
* la capacité à changer de vie
*la connaissance du marché du travail et la façon la plus adéquate de savoir quelle y est votre place : depuis que vous avez arrêté de travailler, le monde du travail a changé, les domaines de connaissances se sont accrus, les relations humaines ont évolué. Et vous de la même façon.

Il est fréquent qu’une personne qui se retrouve au chômage fasse un bilan qui peut aller jusqu’au « coaching ». Je crois que c’est aussi indispensable pour une reprise du travail de la femme au foyer.
Une fois ce bilan fait, il ne reste plus qu’à, mais ce n’est pas le plus simple, démontrer au futur employeur que, pour toutes les raisons énoncées ci-dessus vous êtes LA personne faite pour le poste. N’ayez aucun complexe, vous êtes largement aussi bien et performantes que toutes les personnes qui vont se présenter. Simplement, n’oubliez pas de valoriser votre profil un peu atypique.
C’est 75% de la réussite de l’entretien. Soyez sûre de vous-même, sûre de ce que vous voulez, sûre de ce que vous allez donner. Vous avez géré pendant des années une liberté de choix, d’organisation et de responsabilités que peu de personnes actuellement  ont connu et sont capables d’assumer. Leur vie a toujours été guidée par leur patron ou par leur emploi du temps. Cette liberté est un atout ne l’oubliez pas.

Votre plus grande force est d’arriver pleine d’énergie, le coeur  heureux et la tête libre des soucis familiaux ce qui est loin d’être le cas général des femmes qui ont toujours travaillé.
La lassitude physique et morale des « super women » n’est pas à négliger. A vous de faire valoir cette différence.
Enfin et surtout cherchez du travail là où sont les postes à pourvoir et parmi ceux qui vous conviennent vraiment, aujourd’hui en 2012.

Brigitte Jacquelin – Médiateur