A l'attention de madame Bachelot


Le 15 février 2012

Madame la Ministre,

Ayant assisté au colloque sur « la formation, vecteur d’égalité professionnelle » du 14 février 2012 à la Préfecture de Paris, que j’ai trouvé passionnant, je voudrais vous faire part de mes remarques :

-il est vrai que l’égalité hommes/femmes est un combat que nous partageons ;

-que la formation professionnelle pour TOUTES les femmes est sûrement un moyen de tendre vers cette égalité.

Mais nous avons été très étonnées de sentir que l’enfant était, dans tous les cas de figure, le gêneur. Pourquoi ? Pour nous, Il est déjà une richesse et sera la France de demain.

-vous avez été en charge de la Famille, et vous avez constaté que les modes de garde étaient difficiles à trouver, que les mères de famille appréciaient et utilisaient le congé parental mais avaient toujours la crainte de l’avenir. Ne pensez-vous pas qu’une formation appropriée, une valorisation de leur travail d’éducatrice à la maison, permettraient de résoudre en partie deux problèmes :

-la réinsertion facilitée de celles qui ont pris un temps plus ou moins long de leur vie à éduquer leurs enfants à plein temps ,

-la garde de nos enfants.

En effet, si le travail « invisible » et parfois ingrat à la maison était reconnu et valorisé, nombreuses seraient les femmes qui quitteraient au moins un temps de leur vie leur travail rémunéré pour élever leurs enfants, s’occuper de leurs parents âgés et reprendraient sans état d’âme, au moment voulu, un poste adapté grâce à la formation reçue.

En espérant que le débat d’idées, avant et après les échéances électorales, tiendra enfin compte de notre combat pour que les 3 millions de femmes au foyer trouvent leur vraie place dans notre pays.

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, à ma considération distinguée.

Marie-Christine Rousselin

Présidente de FAEF-UN