FAEF demande que toutes les femmes puissent faire le choix aussi d' être une "nouvelle femme au foyer"

La France est réputée d’une part pour sa politique familiale et pour tout ce qu’elle a mis en place concernant la petite enfance : crèches, congé parental, congé de maternité, maternelle… D’autre part pour avoir incité la majorité des femmes à travailler. Les Françaises sont des femmes qui ont des bébés et travaillent : des super women !

On peut se poser les questions : Est-ce que la qualité de vie subsiste, tant au niveau du couple que de la famille, de la société ?

Est-ce que les femmes qui travaillent comme des hommes ne finissent pas par en perdre leur identité féminine .

Qu’en est-il de la transmission ? pour le tout petit, l’adolescent ?

La femme, âme de la maison, n’est-elle pas en voie de disparition ? Nous voyons se créer dans les maisons de quartier, des ateliers pour apprendre aux jeunes femmes à bercer, nourrir, soigner leur bébé : tout ce qui se transmettait de mère en fille se perd.

Il semble aujourd’hui que l’homme et la femme soient interchangeables. Un enfant nait d’un père et d’une mère et c’est auprès de ce couple qu’il trouve bonheur et équilibre. Et il le trouve quand chacun des parents assument son rôle et a à cœur de lui consacrer du temps et de le valoriser en tant qu’être humain.

Ne croyez pas que je sois pessimiste non, simplement réaliste et optimiste parce que cette situation n’a rien d’irrémédiable : notre association est là pour le prouver : interrogez nos adhérentes. Leurs choix ont été difficiles et le sont encore dans le contexte que nous connaissons, mais vous aurez du mal à trouver beaucoup de regrets dans leur discours, elles savent pourquoi elles souhaitent rester au foyer ne serait-ce que quelques années et les bienfaits qu’elles en retirent, pour elles-mêmes, leurs conjoints, leurs enfants, leur famille et leurs amis, il est important de prendre du temps de passer du temps pour écouter, voir grandir son enfant et lui donner une colonne vertébrale, de prendre du temps pour son couple et de prendre du temps pour réfléchir à ce que l’on vit et à ce que l’on veut vivre.

Bien sûr c’est une vie difficile, mais comme toutes les vies ! Et sûrement moins difficile que la vie de ceux eux qui passent leur temps à courir après… après quoi ? On se le demande.

Au diable l’argent et le pouvoir quand vous vous retrouvez seul !

Ne croyez pas que nous soyons ringardes : les médias nous appellent déjà les « nouvelles femmes au foyer », mais bien sûr comme tout ce qui est nouveau, il faut oser !!!!!!

Le défi des nouvelles femmes au foyer : faire tout bien, mais successivement : les études, le métier, l’éducation de leurs enfants, éventuellement le retour à la vie professionnelle, le bien-être en famille : chaque chose en son temps !

Vous allez me dire : « mais elles n’ont pas le choix ». En êtes-vous si sûres ? Ou bien alors : « on ne peut rien y changer, c’est trop tard ». Est-ce bien certain ?

Je laisse simplement ces questions en suspens. N’y répondons pas trop vite, ni de manière trop générale .

Marie-Christine Rousselin présidente de FAEF

Varsovie le 22 octobre 2011 à l'AG de la fédération européenne des femmes actives en famille