« Et si la femme au foyer était l’avenir du développement durable dans les familles ? »

Regardons de plus près :

La maman au foyer a un temps disponible différent Très souvent, elle commence par prendre le temps d’emmener ses enfants à l’école à pied quand son homologue, active à l’extérieur, saute dans sa voiture, dépose ses enfants à l’école et file à son travail (même scénario en fin de journée) : premier bilan carbone très en faveur de la mère au foyer.

Retour à la maison : le lave-linge tourne en journée pour la femme au foyer (faef,*) aidant ainsi, en hiver, au délestage des heures de pointe demandé par EDF. Le linge sera ensuite plus souvent étendu et non séché en sèche-linge : là encore économies d’énergie,d’autant plus importantes qu’un vêtement étendu nécessite moins de repassage.

Dans la semaine, la faef profite du jour de marché et peut s’approvisionner en produits frais, en vrac, de saison et de région : bilan carbone de nouveau positif. Ces produits ont nécessité peu de transports, peu voire pas de traitements de conservation, pas de pousse forcée.

Pour les repas, la faef peut prendre le temps nécessaire à leur préparation ; nul besoin dès lors, d’acheter pré-épluché, prédécoupé, tout préparé, salé, sucré, emballé, suremballé. Bilan : une alimentation plus saine, une meilleure santé familiale sur le long terme, des frais médicaux en baisse, moins d’emballages dans les poubelles et des repas nettement moins chers.

Les soirs d’hiver, notre faef est là pour fermer les volets à la tombée de la nuit aidant ainsi, par un geste fait au bon moment, à l’isolation de la maison.

Mais, me direz-vous, si notre mère au foyer est là dans la journée, il faut chauffer la maison en permanence. Oui, mais la faef ne passe pas son temps assise à tricoter ou à bouquiner. Elle bouge beaucoup (l’équivalent d’un Paris-Moscou à pied tous les ans). Le chauffage peut être simplement maintenu à 18-19°C.

Qui dit mieux ?

Agathe Bluche

5 avril2011

* Faef : vient de Femmes Actives Et Foyer, nom de l'association