Billet d’humeur LA CANTINE, un service réservé en priorité aux femmes qui travaillent…


Suite à l'augmentation du nombre d'enfants dans notre commune, nous avons vu naître de nouvelles mesures concernant l'utilisation de la cantine.

Désormais, à cause d'un manque de places, nos élus ont décidé que l'accès à la cantine serait lié à l'activité rémunérée des deux parents. En effet, il faut dorénavant que le père et la mère justifient leur activité par un contrat de travail. Doit-on rappeler qu'une femme qui a fait le choix d'élever ses enfants ne bénéficie ni de contrat de travail, ni de salaire, ni d'assurance maladie (pour la remplacer en cas d'incapacité). Elle aussi, pourtant, pour de multiples raisons peut avoir besoin de temps en temps d'un service tel que la cantine.

À ce jour, dans ce type de commune, sa demande passe après celle des femmes qui travaillent…ou plutôt, devrait-on dire, des femmes qui sont payées pour le travail qu'elles font. Oserais-je ajouter que la cantine est un service public et que les familles dont l'un des parents élève les enfants paient, elles aussi, leurs impôts de la même manière que les autres, et que ce choix d'élever ses enfants ou de travailler à l'extérieur est personnel et qu'en aucun cas des élus ne devraient favoriser le choix de l'une au détriment de l'autre

F. F. Femmes actives au foyer du Trièves