Interview pour le lobby européen des femmes (LEF)


Charlotte, quel a été votre parcours avant de devenir femme au foyer ?

aviez-vous prévu de longue date de ne pas travailler une fois mère ?


J'ai passé un bac S puis intégré une grande école de commerce (BAC +5 ans). Après 6 mois en Australie, j'ai travaillé 4 ans comme auditeur (chargée de la vérification des comptes) dans un cabinet. Ceux avec qui je travaillais -managers, subalternes, collègues- étaient très contents de moi et moi-même j'aimais énormément mon métier dans lequel je m'investissais à fond. C'est alors que nous avons décidé, mon mari et moi, d'avoir un bébé. Mais carriériste comme je l'étais, il était bien entendu qu'à l'issue de mon congé maternité, je retournais sans état d'âme à mon poste. C'est l'arrivée de ma petite fille qui a littéralement bouleversé ma manière de voir. Lorsqu'on me l'a mise sur le ventre, alors j'ai eu très envie d'envisager ma vie au foyer.

J'ai donc demandé un congé parental de trois ans.


Quelle a été la réaction de vos proches et de vos collègues ?


Mon mari a respecté ma décision, et comme il était heureux de me voir épanouie au travail, il est heureux de me voir épanouie dans mon choix. Ma belle-mère a approuvé totalement, d'autant qu'elle était elle-même mère au foyer. Mais pour ma mère, cela a été plus dur : elle ne comprenait pas que je "gâche" ainsi mes études supérieures et un travail aussi intéressant. Quant à mes collègues, souvent amies, elles n'ont pas compris et je n'ai malheureusement plus de contact avec elles.



Avec le recul, pouvez-vous nous parler des avantages et inconvénients de votre situation "au foyer"


  • Inconvénient : un seul, il est financier
  • Avantages : pour tous les membres de la famille, et au-delà :
    • mon mari, heureux de me voir épanouie est aussi ravi de pouvoir réaliser la carrière qu'il souhaite, sachant qu'il est déchargé des tâches ménagères, d'accompagnement etc. ; je le valorise en tant que papa car il n'est pas beaucoup là.
    • les enfants sont contents,
    • je suis heureuse du bonheur des enfants, de la sérénité de mon mari et de mon engagement actif dans des associations (membre des Conseils d'Administration de Femmes actives au Foyer Yvelines et Union Nationale et d'une autre association) ; j'ai créé une association pour l'éveil des tout-petits,


N'y a-t-il pas néanmoins un risque de mise à l'écart des discussions

concernant le monde du travail et n'avez-vous pas perdu des compétences dans ce qui était votre métier ?


Je suis toujours très intéressée dans ces domaines et il est facile pour moi de lire

les revues spécialisées, l'actualité...Donc je peux avoir des discussions avec mon

mari, lors des dîners : mes neurones marchent toujours ! Mais j'ai acquis d'autres

compétences dans mon nouveau métier de femme au foyer :


  • en organisation,
  • en multifonctionnalité (ou multi-tâches),
  • en adaptabilité (faire face, trouver une solution à n'importe quel problème),
  • en relation aux enfants.


Être maman au foyer, est-ce un travail à plein temps ?


Oui, "il faut être attentive à tout tout le temps, ça va aussi bien des besoins matériels : préparer à manger, leur trouver des vêtements, des jouets, mais aussi essayer de leur apporter le plus de bien-être possible et d'amour possible à travers des jeux, des moments de chant, des moments d'aide et puis...gérer les imprévus ! En plus -ce qui peut paraître plus compliqué au départ- j'aime les impliquer dans le travail de la maison : Je trouve très important, pour les aider à grandir, de les associer par exemple à la préparation des repas -parce qu'a priori un jour ou l'autre ils seront amenés à faire à manger- ; mon petit garçon adore remplir la machine à laver avec le linge sale ; il aime bien aussi vider le lave-vaisselle ! Tout ça me permet aussi d'avoir plus de temps pour eux : jouer et faire d'autres choses, Je trouve que c'est tout bénéfice pour eux : non seulement ça leur permet de passer du temps avec moi, mais en plus ça les aide à apprendre les tâches qui seront les leurs plus tard"



Etre au foyer en cette période d'endettement de la France et de problème de retraite, n'est-ce pas un luxe à ne pas recommander à toutes ?


Etant donné ma formation et mon parcours professionnel, je suis à même de comprendre les problèmes financiers de la France, mais je peux aussi mesurer les économies qu'elle pourrait réaliser si un plus grand nombre de femmes faisaient ce choix. Cela mériterait un long développement, mais je vous cite en vrac :


-en période de crise, certains emplois pourraient être ainsi plus facilement pourvus par des hommes

-sur les crèches dont les coûts très importants à la construction et au fonctionnement (une petite partie seulement étant payée par les familles)

-sur la scolarisation des enfants : il n'est pas forcément bon de "socialiser" si petits et pour autant d'heures les très jeunes enfants


En conclusion ?


Être mère au foyer n'est pas toujours facile : pas de vacances, pas de RTT, pas d'horaire fixe, et puis, de l'extérieur, on a du mal à apprécier les bienfaits sur les enfants de notre présence au quotidien, surtout quand ils sont en bas âge. Mais moi je pense que c'est quand même idéal pour eux et pour leur bien-être : j'ai fait le choix du bonheur !