ETRE FEMME AU FOYER : ENJEUX ET PERSPECTIVES

Marie-Hélène Ruby Présidente de Femmes Actives Et Foyer Yvelines et Isabelle Freyssinges, Présidente de l’Union Nationale ont organisé conjointement une réunion d’information intitulée :

Etre femme au foyer, enjeux et perspectives :

Quel équilibre personnel ?

Quelle place dans la famille ?

Quel rôle dans la construction de la société ?

Nous avons commencé avec une présentation que nous reprenons en partie dans le bulletin sur notre fonctionnement et notre représentation au niveau européen et à l’ONU. Nous avons ensuite poursuivi avec des tables rondes. Les participantes se sont présentées au sein de chaque table ronde sur le thème « Comment je suis devenue femme au foyer ».

Les tables rondes ont ensuite permis à chacune d’échanger sur les difficultés rencontrées, les questions, les propositions des femmes au foyer. Ce sont ces échanges que nous vous rapportons.

Nous avons respecté le plus possible les formulations et retransmis toutes les contributions de chaque groupe.

Ce type de réunion peut facilement être organisé chez l’une ou l’autre association ou antenne à sa demande.

DIFFICULTES

L’équilibre personnel d’une femme au foyer peut être difficile à trouver quand se développe le sentiment d’être un « bouche trou » ou de donner toujours sans recevoir en retour, avec une exigence de disponibilité sans faille de la part des proches.

Sans compter la surprise de se trouver plus fatiguée à s’occuper de sa famille que lorsqu’on avait une activité professionnelle.

Quand l’isolement s’ajoute au sentiment de manque de reconnaissance du conjoint ou des enfants, que l’on a l’impression de travailler dans l’ombre sans en ressentir de vraie satisfaction, le vague à l’âme n’est pas loin !

Heureusement que nous avons FAFY ! (n.d.l.r.)

Et c’est vrai que l’absence de statut social propre, la précarité liée à l’absence d’un second revenu ou à la difficulté de retrouver un emploi si c’était nécessaire sont des réalités peu encourageantes.

La négation de la différence sexuelle homme -femme dans la société d’aujourd’hui, ainsi que le sentiment qu’il s’agit là d’une question taboue ont été également soulignés.

QUESTIONS

Des questions de fond d’abord s’agissant de l’équilibre personnel :

Est-ce une vocation ? Comment faire comprendre que notre disponibilité est une vraie richesse ?

Beaucoup de questions sur l’avenir : quelles ressources au moment de la vieillesse, en cas de maladie, veuvage, divorce ?

Concernant la place des FAF dans la société, des questions de fond : L’éducation d’un enfant s’arrête-t-elle à ses trois ans ?

Pourquoi une nounou a-t-elle une retraite et pas une femme qui s’occupe elle-même de ses propres enfants ?

Pourquoi ne parle-t-on jamais des besoins des femmes au foyer dans les débats publics ?

PROPOSITIONS

La première suggère de ne jamais oublier que les tâches simples du quotidien sont au service de la construction de la personnalité d’êtres humains.

La seconde suggère de rechercher un bon équilibre entre enfants, bénévolat et hobbies. Une autre ajoute « libérer du temps pour soi sans complexe. »

Dans le même ordre d’idée, une autre suggère qu’une journée de halte garderie par semaine puisse être réservée aux jeunes mamans à la maison.

Retravailler est une réalité, l’accent est mis sur la possibilité de bénéficier d’un bilan de compétences ou d’une formation adaptée aux femmes qui en expriment le désir.

D’autres demandent la création d’un groupe d’étude sur le bénévolat : compétences, reconnaissance…

La place dans la famille sera d’autant plus reconnue que la FAF sera rayonnante souligne une participante ; une autre souligne que le regard du mari aurait parfois besoin d’évoluer. Surtout la FAF elle-même devrait pouvoir s’affirmer comme « cadre familial », « oser montrer le plus », montrer le soutien pour le travail du mari.

Les propositions sur le sujet de la reconnaissance du rôle de la femme active au foyer dans la société ont été nombreuses.

Les droits : salaire maternel, retraite, congé parental à partir du premier enfant, validation de l’expérience en tant que bénévole.

Le travail sur l’image et la réalité de l’activité de femme active au foyer : communiquer sur la grandeur de la femme au foyer, dans la presse, la famille, les associations et aussi les forums des métiers, les lycées ; communiquer sur le coût social des foyers sans mère au foyer, trouver un nouveau nom, créer une nouvelle catégorie professionnelle, un label de qualité « choisi par les femmes au foyer », médaille de la famille.

Donner une influence visible aux femmes actives au foyer dans la société en leur donnant une représentation propre dans les instances familiales et surtout « militer » : pour que nos enfants devenus adultes puissent ne pas avoir une vie de fous et puissent choisir leur mode de vie.

C’est justement la raison d’être de notre association !