LE GOUT DU BONHEUR

Editorial du bulletin de Mai 2007

C’est un bulletin militant que nous vos proposons, entièrement au service de la Femme Active au Foyer. Les pouvoirs publics ont besoin de nous pour trouver des solutions adaptées aux difficultés que rencontrent les familles mais nous sommes également convaincue que l’engagement courageux des pouvoirs publics est indispensable. Deux exemples :

La retraite des mères : Vous lirez avec intérêt les propos de M. Godet sur le traitement inique réservé au moment de leur retraite aux femmes qui ont élevé elles-mêmes leurs enfants. Pourtant les idées ne manquent pas : partage au sein du couple des points de retraite, création d’un fond de pension pour les mères, dividende ou revenu universel. Ces solutions qui ne seraient que justice ne sont pas également coûteuses pour la collectivité. Pourquoi attendre pour entreprendre ce chantier ?

Second exemple, l’écologie : Dans cette campagne on aura beaucoup parlé d’écologie, mais on s’est beaucoup moins intéressé à l’écologie humaine, c'est-à-dire aux conditions qui permettent aux personnes d’être heureuses et de se développer harmonieusement. Le bonheur est pourtant une question de débat public dans les pays anglo-saxons. L’économiste R. Layard n’hésite pas à parler de science du bonheur. Le bien-être général s’appréhenderait à partir de six critères. Le premier tourne autour de la notion de confiance vis-à-vis des autres ou de soi-même, les autres sont quantifiables : nombre de gens appartenant à une association caritative, taux de chômage, taux de divorce, degré de croyance religieuse, taux de suicide. Dans cette optique, se concentrer sur le bien-être général apparaît comme une priorité et nos réflexions et demandes tout à fait pertinentes. Notre premier métier de FAF est bien celui de donner le goût du bonheur à nos enfants, nos familles et tous ceux que nous rencontrons.

Alors, courage et bravo à celles qui se lancent dans la création de nouvelles antennes de notre association et aussi à celles qui inlassablement nous font connaître des pouvoirs publics et agissent pour que les FAF puissent se rencontrer et s’entraider.